L’açaï, baie aux mille vertus

L’açaï, baie aux mille vertus


Tout sur la baie d’açaï



Histoire & provenance

L’açaï est une petite baie qui nous vient d’Amérique du Sud, principalement du Brésil. On la recueille sur des palmiers, appelés palmiers pinots, (Euterpe olerace de son nom latin) qui poussent le long du fleuve Amazone.

L’açaï est surnommé « l’arbre de la vie » dans les régions où on la trouve.

Elle est consommée depuis des millénaires par les tribus d’Amazonie. Elle était utilisée également pour soigner certaines maladies et blessures. Mais elle n’est arrivée en Europe qu’à partir des années 80.

C’est véritablement en 2004 que cette petite baie a connu un engouement croissant du fait de l’apparition du Dr Nicholas Perricone dans l’émission d’Oprah Winfrey aux Etats-Unis. Il avait lancé toute une gamme de produits et de suppléments à base d’açaï et ne tarissait pas d’éloge sur les incroyables vertus de ce fruit et notamment sur son aspect anti-vieillissement.


A quoi ressemble-t-elle ?

On la compare souvent à la myrtille : il s’agit d’une petite boule à la robe violette foncée. Je dirais qu’elle est seulement légèrement plus ronde et dodue (tandis que la myrtille est plus plate).


Quel est son goût ?

Difficile à définir. Ce qui est sûr c’est qu’il est absolument délicieux. Beaucoup parlent de notes de cacao. Je trouve personnellement qu’il s’agit d’un subtil mélange entre myrtille, noisette et cacao.


Ses bienfaits

Une pluie d’antioxydants

On entend souvent parler de cette baie pour cette raison en premier lieu.

En effet, l’açaï est une petite bombe de ces composés anti-oxydants. Ils luttent contre les radicaux libres dans le corps.

Que signifient ces deux concept « radicaux libres » et « antioxydants » ?

Radicaux libres : Notre corps est composé de plusieurs milliards de cellules. Ces cellules vivent et interagissent entres elles. Au cours de leur vie, elles produisent des déchets, appelés également métabolites. Ceci est tout à fait normal, cela s’inscrit dans un processus physiologique naturel. Ces déchets sont des radicaux libres qui finissent par oxyder nos cellules, les rouiller. Ils sont gérés au quotidien par notre corps dans une certaine quantité, mais aujourd’hui notre mode de vie accentue la production de ces derniers : nourriture en excès, tabagisme, stress, exposition solaire prolongée, exposition aux polluants, OGM, pesticides, ondes électromagnétiques, manque de mouvement, etc.
Ces radicaux libres ont pour effet diverses inflammations, une multiplication des infections, un déséquilibre acido-basique, etc.

Antioxydants : un antioxydant est une molécule qui aide le corps à se libérer des radicaux libres qui causent des dommages à nos cellules.

Quid des antioxydants dans l’açaï ?

Elle contient d’importantes quantités d’anthocyanines, (400 mg/100g) et de polyphénols (3500 mg/100g). Parmi les polyphénols on trouve deux sous-familles d’antioxydants en particuliers : les flavonoïdes et les proanthocyanidines, des substances qui donnent la couleur violette foncée à cette petite baie.

On peut mesurer la quantité d’antioxydants dans un aliment grâce à un indice appelé l’indice ORAC. Cela signifie Oxygen Radical Absorption Capacity.

Or, l’açaï a un indice ORAC de 102 700 aux 100 grammes (la pomme 3898, le curcuma 127 068, par exemple).

Comment expliquer que la baie ait développé autant de propriétés ?

C’est très facile à comprendre. Elle pousse dans une région équatorial où les rayons du soleil sont particulièrement intenses… ainsi elle a dû développer une sorte de protection en multipliant ces composés.

Des vitamines, minéraux et acides aminés

L’açaï est riche en oméga-9 (un type d’acide gras que l’on retrouve en grande quantité dans l’huile d’olive par exemple), en oméga-6, (environ 10%), et en acides gras saturés.

On trouve de la vitamine E, B1 et C (la C et la E sont deux puissants antioxydants), mais aussi du bêtacarotène. Le bêtacarotène est le précurseur de la vitamine A (le rétinol), une vitamine essentielle au maintien d’une belle peau et aussi à une vue parfaite.

Des cellules souches

Il a été prouvé que l’açaï avait un effet positif sur la production de nos cellules souches.

Les cellules souches sont programmées pour se multiplier indéfiniment et peuvent donner naissance à tous les organes et tissus de l’organisme. Cela signifie qu’une cellule souche peut donner naissance à une cellule de foie, ou de muscle, ou d’ongle par exemple.

Produire une grande quantité de cellules souches c’est s’assurer une bonne cicatrisation et régénération de tout l’organisme.

Amélioration de la vue & renforcement du système immunitaire

Comme évoqué ci-dessus, on trouve du bêtacarotène et des antioxydants dans la poudre d’açaï, deux composés qui vont avoir une action positive sur notre acuité visuelle.

Par sa richesse micro-nutritionnelle et antioxydante, l’açaï améliore la santé de notre système immunitaire.

Comment s’en servir au quotidien  ?

L’açaï se prête à de multiples utilisations.

♦ De la façon la plus simple qu’il soit : mélangez 1 à 2 petites cuillères à café dans un peu d’eau. Elle révélera alors toutes ses saveurs : boisée, cacaotée et fruitée à la fois.

♦ vous pouvez aussi tout simplement parsemer un peu de cette poudre sur un fruit.

Lequel ? Tous s’y prêtent merveilleusement bien : la pomme, la poire, les petits abricots de saison, la banane, la figue : j’ai testé sur ces derniers et l’association est largement approuvée. Elle vient rehausser leur saveur et y rajouter une note plus ronde.

Sol Semilla parle également sur son site internet de mélanger quelques cuillères à café dans du lait d’avoine. Je n’ai pas testé mais je pense qu’elle s’associe parfaitement avec tous les laits végétaux : amande, noix de coco, riz, etc. Il suffit d’en glisser un peu dans un récipient hermétique (mug, shaker, etc.) et de bien secouer.

♦ l’açaï devient très connu dans certains cafés branchés (vegan, sans gluten et biologique). En effet, cette petite baie est utilisée en tant qu’açaï bowl.

Vous en avez entendu parler ? Il s’agit d’une base de glace à la banane.

Comment la réalise-t-on ? J’ai écrit un article sur ce sujet, vous pouvez le retrouver en cliquant ici (-clic!) mais globalement il s’agit simplement de rondelles de bananes congelées que l’on mixe (avec un mixeur très puissant, j’ai un Vitamix) et aussi magique que cela puisse paraître, cela donne une texture onctueuse crémeuse, comme une glace mais sans produits laitiers. Attention si votre robot n’est pas assez puissant, la glace ne prendra pas.

On glisse, pendant le mixage, de l’açaï selon la couleur et le goût souhaité. Ensuite, on rajoute par-dessus des toppings, mot anglais signifiant « garnitures » : copeaux de noix de coco, éclats de cacao cru, purée d’oléagineux de toutes sortes (amandes, noisettes, etc.), rondelles de bananes, fruits de saison…On laisse libre cours à notre imagination !

♦ On peut aussi si notre mixeur est moins puissant faire tout simplement des smoothies : de la banane, de l’eau ou un lait végétal, un fruit de saison (ou non), un peu d’açaï selon votre goût et hop ! on mixe.

♦ Sur le même principe on peut en mettre quelque peu dans un jus de légumes pour l’enrichir davantage, comme on pourrait y mettre de la spiruline ou de la chlorelle, selon l’effet recherché.

♦ N’hésitez pas à en saupoudrer par-dessus vos desserts aussi. Par exemple, si vous êtes adeptes du chia pudding, (késako ? (-clic!) ), ou des crèmes desserts, cela peut être une bonne idée d’en mettre par petites touches (à l’intérieur ou au-dessus).

♦ J’adore également en mettre dans mes porridges. Le porridge est une préparation anglo-saxonne (d’accord, je le conçois, cet article n’est pas vraiment local !) à base de flocons d’avoine que l’on fait cuire avec du lait (j’utilise pour se faire du lait végétal). Si l’on veut conserver toutes les propriétés de notre jolie poudre, il convient néanmoins de la rajouter hors cuisson, lorsque le porridge a tiédi.

♦ Cette utilisation est moins commune et plus particulière mais en tant qu’amatrice de miel, j’aime mélanger du miel avec un peu d’açaï. Le miel passe d’une couleur ambrée à améthyste et le goût est sublimé (plus acidulé).

Vous l’avez vu les possibilités sont infinies et je suis sûre qu’il en existe encore beaucoup d’autres !

D’ailleurs, dites-moi, vous, comment utilisez-vous l’açaï ?

Où en trouver de bonne qualité ?

Avant l’açaï n’était pas largement commercialisée en France. Il y avait peu de revendeurs. Depuis quelques années, on entend de plus en plus parler de cette petite baie et de ses fameuses propriétés « magiques ». On trouve alors sur le marché davantage de marques qui en proposent.

Cependant, je ne connais pas la qualité et le sérieux de chacune, je préfère ainsi vous présenter ici seulement deux marques, mais en qui j’ai une confiance absolue.

♦ Sol Semilla est une marque de superaliments de très haute qualité : chlorella, spiruline, griffe du chat, klamath, urucum, maca. On peut acheter tous leurs produits les yeux fermés. Vous trouverez de l’açaï dans leur boutique à Paris, ou sur leur site internet en cliquant ici (-clic!) D’ailleurs, ils indiquent sur leur site internet qu’il est préférable de mettre le produit au frigo après ouverture pour une meilleure conservation.

♦ Guayapi est une société pionnière dans la distribution de matières premières nobles et éthiques issues de leurs terres d’origine, l’Amazonie et le Sri Lanka, notamment. Sourcés selon leur qualité d’origine et leur pureté, les produits répondent à de grandes exigences en termes de commerce équitable, de production biologique et de respect de la biodiversité et des hommes. Vous trouverez de cette super baie dans leur boutique à Paris, dans le 12e arrondissement ou sur leur site internet en cliquant ici (-clic!)

Autrement il y a d’autres marques qui en proposent sur divers sites internet et si vous souhaitez opter pour ces dernières, essayez de prendre en compte ces critères :

♦ açaï de qualité biologique (cela va de soit).
♦ choisir une marque qui fabrique la poudre en broyant l’intégralité de la petite baie (dont la peau, car c’est elle qui contient les antioxydants).
♦ le label fair trade est un plus. Il s’agit du « commerce équitable » qui garantit la juste rémunération des travailleurs.
♦ açaï sous forme de poudre : c’est la seule forme valable pour bénéficier des propriétés de la baie. Il s’agit du fruit qui, après récolte, a été broyé puis séché sans être chauffé toutefois.

/!\ Dans tous les cas, vous ne bénéficierez pas des bienfaits nutritionnels de l’açaï si vous la prenez sous forme de boissons que l’on peut trouver de plus en plus en magasins biologiques, malgré tout le marketing qui est fait autour. Pourquoi ? Car ces dernières sont pasteurisées ce qui signifient qu’elles ont été chauffées. A la cuisson, vitamines & minéraux s’envolent, ainsi consommer l’açaï sous cette forme sera avant tout pour un plaisir gustatif.

/!\ Par ailleurs, la marque terr’açaï propose à la vente des plaquettes surgelées. Le même problème se pose ici : la congélation a un effet négatif sur les propriétés nutritionnelles de la petite baie.


SI CET ARTICLE VOUS A PLU, ÉPINGLEZ-LE SUR PINTEREST,
EN CLIQUANT SUR L’IMAGE CI-DESSOUS !
VOUS POUVEZ ÉGALEMENT LAISSER UN PETIT COMMENTAIRE :).




Pour information, je propose des consultations en naturopathie en ligne, grâce à l’outil Skype.
Pour en savoir plus, cliquez ici (-clic!)

PRENDRE RDV




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *